Divertissement Festivals

Les honneurs pour Radar 0

Par David Prince

Toutes vos nouvelles locales

L'équipe composée de Paul Tom, Julien Robert et Vincent Éthier, ont charmé les juges du Documenteur, version 9.5, lors de la soirée de clôture du Festival grâce à leur film Radar, tourné à Senneterre.

Rappelons que cinq équipes étaient dispersés dans les cinq MRC de la région et devaient réaliser un Documenteur en 72 heures. «Ça s'est super bien passé. Notre fixeur à Senneterre nous a trouvé des gens formidables avec qui travailler. Ils sont devenus acteurs et ils ont super bien fait ça», a indiqué Julien Robert.

Le film raconte l'histoire du radar du NORAD, la défense aérienne nord-américaine, qui était bien actif à Senneterre pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le film mélange très bien fiction et réalité, si bien que l'on se demande vraiment ce qui est vrai de ce qui est faux. «Nous avons pris un risque énorme en ne faisant pas un film humoristique. Lors du premier montage, nous avons fait une fin plus drôle, mais nous voulions un film intense, soviet», a raconté Paul Tom.

Volet international

Dans le volet international, qui avait été ramené à une seule soirée cette année, les deux prix sont revenus au film Custos, de Jean-Marc Roy. Ce film raconte l'histoire de Roger Sarazin, le père de Paul Sarazin. Vétéran de l'armée, qui a vécu la Corée et le Koweit, l'homme se dit très heureux à la retraite. Mais l'appel des mitraillettes est trop fort et il monte une petite armée de personnes âgées pour défendre le lac Kénogami, à Saguenay. Bref, un film drôle, mais à la fois touchant.

Virage important

Après 9.5 années à présenter des films en plein air, sauf en cas de pluie, le Festival du Documenteur prendra un virage important l'an prochain. Le Festival aura lieu du 1er au 5 avril, plutôt qu'en juillet. «Avec les étudiants de l'UQAT et du Cégep en vacances, c'est plus difficile d'avoir des bénévoles et des participants pour la relève, ce qui est un volet important de notre festival. De plus, l'été est une saison très occupée pour les réalisateurs à Montréal. On croit que l'on pourra attirer plus de gens en avril. En plus, c'est le poisson d'avril», a indiqué le nouveau président du Documenteur, Jérémie Monderie-Larouche.

Le festival de la menterie cinématographique fait face à des défis importants. Bien que les salles soient toujours remplis, le côté financier est toujours un défi important. «Nous sommes chanceux, car nous avons plusieurs bons partenaires. Mais ne vous trompez pas, nous avons un budget limité si on compare avec les autres festivals.Pour notre 10e anniversaire en avril prochain, on va tenter d'avoir un budget un peu plus élevé», a indiqué M. Monderie-Larouche.

Le Documenteur est organisé par Les Racamés. Cet organisme tient plusieurs activités dans l'année, par exemple l'Espace-court pendant le Festival du cinéma en Abitibi-Témiscamingue. «On a peut-être moins de spectateurs que les autres festivals, mais nos partenaires sont présents toute l'année», a souligné le nouveau président.

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.