Actualités Environnement

Lévis à son Écocentre 0

Chrystel De Blecker - Communication Ville de Lévis

Martin Girard, coordonnateur à l’incinérateur, Jean-Claude Bouchard, conseiller municipal et président de la Commission consultative de l’environnement, de l’eau et de la qualité de vie, Danielle Roy Marinelli, mairesse de Lévis et Christian Paré, chef du Service des matières résiduelles

Martin Girard, coordonnateur à l’incinérateur, Jean-Claude Bouchard, conseiller municipal et président de la Commission consultative de l’environnement, de l’eau et de la qualité de vie, Danielle Roy Marinelli, mairesse de Lévis et Christian Paré, chef du Service des matières résiduelles

Toutes vos nouvelles locales

LÉVIS - 

La mairesse de Lévis, Danielle Roy Marinelli et le président de la Commission consultative de l’environnement, de l’eau et de la qualité de vie, Jean-Claude Bouchard, étaient heureux d’inaugurer ce matin le nouvel écocentre de Lévis en compagnie des partenaires de la première heure du Plan de

gestion des matières résiduelles (PGMR). C’est une excellente nouvelle puisque les Lévisiennes et les Lévisiens pourront désormais se départir de diverses matières de façon écologique et sécuritaire.

Un nouveau lieu de dépôt et de récupération

L’écocentre est un lieu de dépôt et de récupération d'objets encombrants, de résidus domestiques dangereux, de résidus de construction et de rénovation, de matériel informatique et électronique ainsi que de résidus verts et d’objets réutilisables. Destiné à recevoir des matières domestiques provenant exclusivement d’une clientèle résidentielle, avec un maximum de 6 m3 par visite, l’écocentre s’adresse aux citoyennes et aux citoyens de la Ville de Lévis et de la municipalité de Saint-Lambert-de-Lauzon.

La liste des matières acceptées et refusées est d’ores et déjà disponible sur le site Internet de la ville au www.ville.levis.qc.ca, dans la rubrique Matières résiduelles. «L’ouverture de l’écocentre sur le territoire lévisien permettra d’augmenter de façon significative le taux de valorisation de l’ensemble de ces matières sur une base annuelle» s’est réjoui la mairesse de Lévis, Danielle Roy Marinelli.

Des économies substantielles

La mise en place de l’écocentre comme une structure facilitant la récupération correspond à la mesure visée par le PGMR adoptée en 2005. En effet, le tri des matières effectué en amont par les citoyennes et les citoyens permettra d’accroître le pourcentage

de valorisation, de réutilisation et de recyclage. Dans un contexte où les coûts reliés à l’enfouissement et l’incinération ne cessent d’augmenter, l’ouverture de l’écocentre de Lévis génèrera des économies de l’ordre de 220 000 $ par année, notamment grâce à la valorisation des matériaux secs.

 

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.