Actualités

Le pont de glace d'Oka ouvrira en retard 0

Par Stéphane Sinclair

La température retarde l ouverture de ce service très apprécié des citoyens des deux rives du lac des Deux-Montagnes.Photo Christian Côté

La température retarde l ouverture de ce service très apprécié des citoyens des deux rives du lac des Deux-Montagnes.Photo Christian Côté

Toutes vos nouvelles locales

Compte tenu de la température et du redoux de la période des fêtes, l'ouverture du pont de glace d'Oka est prévue pour la fin de ce mois-ci.

Il manque encore un bon trois à quatre pouces d'épaisseur de glace sur le lac des Deux-Montagnes avant de permettre aux véhicules de traverser le lac sur le pont de glace.

Lors des 27 dernières années, les 12 à 14 pouces de glace ont généralement été atteints à la mi-janvier, ce qui a permis l'ouverture du pont les 15 janvier. Mais depuis les années 2000, la température est plutôt hasardeuse, selon le propriétaire de l'entreprise qui exploite le pont de glace. « Il n'y a plus rien de normal ces derniers temps. La température est bouleversée. Les saisons sont de plus en plus courtes. Le dernier hiver froid où la glace a dépassé les 28 pouces remonte à 1994. En 2010, la glace n'a pas dépassé 18 pouces et nous avons fermé le 23 février dernier après 35 jours d'opérations seulement », explique Jean-Claude Léger, propriétaire de la traverse de glace.

Le discours de M. Léger a de quoi faire réfléchir les climato-sceptiques. « On a plus les hivers qu'on avait. Le climat est rendu instable. On est resté fermé deux fois en 27 ans d'opérations et c'est en hiver 2002 où il faisait trop doux et en hiver 2007 ou il a trop neigé. Trop de neige, ce n'est pas mieux, ça agit comme un isolant », soutient-il.

Jean-Claude Léger explique qu'il semble faire froid, mais que dans les faits, la température moyenne est de -7 à -8 degrés. Dans ces conditions, la glace durcie, mais au rythme d'un quart de pouces par jour. « Du vrai froid, c'est -18, c'est ce que ça prendrait. Par contre, la glace est de bonne qualité malgré le redoux parce qu'il n'y a pas beaucoup de neige », lance-t-il.

Les employés de Jean-Claude Léger mesurent l'épaisseur de la glace régulièrement à tous les 50 mètres pour assurer la sécurité de la traverse. Une épaisseur de glace de qualité entre 12 et 14 pouces peut assurer la traversée d'un véhicule de 3500 kilos. Par contre, le propriétaire de l'entreprise met en garde la population concernant ces informations. « La glace est mesurée sur notre sentier balisé. Il ne faut pas croire que la glace aura 12 à 14 pouces partout sur le lac. Tout dépend aussi de la qualité de la glace », précise-t-il.

L'entreprise qui emploie huit travailleurs saisonniers accueille environ 300 véhicules par jour quand elle est en opération. Le coût de la traversée est de 6 $