Actualités Faits divers et judiciaire

Femme au grand cœur

Jannick Brassard veut servir une bonne cause en courant le marathon 0

Par Denis Bourbonnais

Jannick Brassard va courir son premier marathon en mai prochain et elle veut donner du sens à son défi en amassant des fonds pour une cause humanitaire locale. (Photo Pierre Langevin)

Jannick Brassard va courir son premier marathon en mai prochain et elle veut donner du sens à son défi en amassant des fonds pour une cause humanitaire locale. (Photo Pierre Langevin)

Toutes vos nouvelles locales

Une femme au grand cœur, Jannick Brassard n'a pas hésité à s'impliquer pour diverses causes depuis qu'elle s'est établie dans la région avec sa famille, en provenance de Sherbrooke, il y a près de quatre ans.

Les lecteurs du JOURNAL ont notamment pu voir la résidante de Saint-Timothée dans une entrevue où elle faisait la promotion de l'allaitement maternel par le biais de l'organisme Nourri-Source.

La femme originaire du Saguenay/Lac Saint-Jean est aussi une personne athlétique et l'activité physique constitue une priorité pour elle. En plus de faire de la voile avec son mari, Claude Lechasseur, Jannick s'adonne à la course à pied pour garder la forme.

L'année dernière, elle a couru le demi-marathon à Montréal et elle a décroché la médaille d'or de sa catégorie (20-29 ans) dans l'épreuve de 15 km de la course de l'Astragale.

En 2004, Jannick se propose relever un nouveau défi courir le marathon pour la première fois. Or, elle veut donner une dimension spéciale à son parcours de 42,2 kilomètres en amassant de l'argent pour une personne ou un organisme qui pourrait profiter de sa générosité.

Cause humanitaire locale

Jannick est déterminée à réaliser son projet de marathon en mai prochain mais elle aimerait se rendre utile à travers cette aventure.

"Je trouve que ce défi manque de profondeur et de sens. J'ai le goût de courir pour une cause humanitaire locale qui a grandement besoin d'un appui financier" a indiqué la jeune femme, qui a franchi le cap de la trentaine le 12 janvier dernier.

Jannick a d'abord songé à parcourir les 42,2 km pour la fibrose kystique. Son garçon âgé de deux ans, Raphaël, a déjà passé une batterie de tests car les pédiatres ont craint qu'il soit atteint de la maladie. "Pour nous, parents, ce furent des moments difficiles mais heureusement, notre fils se porte bien depuis" a-t-elle mentionné.

Finalement, Jannick ne voyait pas d'un bon œil que des sommes recueillies localement soient redistribuées à la grandeur du Québec et elle a décidé de privilégier une approche différente.

"Je veux absolument que l'argent puisse aider quelqu'un de chez nous. C'est pourquoi j'ai cru bon de contacter des gens d'ici en lançant un appel dans le journal. L'invitation s'adresse à toute personne qui manque de sous à travers une épreuve et ou le combat de sa maladie" a-t-elle signifié.

Physiothérapeute de profession, Jannick devait souligner que tout est confidentiel dans le domaine médical et qu'il est difficile de savoir qui a besoin de soutien pour obtenir des traitements particuliers, utiliser des machines spécialisées ou avoir de l'équipement à domicile.

"Par exemple, le bénéficiaire pourrait être le département de pédiatrie du CHRS ou une personne atteinte de leucémie en attente d'une greffe qui désire sensibiliser la population à l'importance de faire partie du Registre non-apparenté de moelle osseuse d'Héma-Québec" de souligner la marathonienne.

"Ça pourrait être aussi une personne qui doit subir une transplantation d'organe et qui veut inciter les gens à signer leur carte d'assurance-maladie pour les dons d'organes ou encore un enfant qui a besoin d'un équipement pour recevoir des soins à domicile. Il y a tellement de personnes qui ont besoin de soutien et je crois que la population d'ici veut aider les gens d'ici" devait-elle ajouter.

Ainsi, par le biais de cet article, Jannick lance l'invitation à toute personne qui voudrait compter sur son appui. Il ne faut pas hésiter à lui envoyer un courriel à jannick.brassard@rocler.com ou à lui téléphoner au 373-2463.

A l'entraînement

Au cours des prochaines semaines, Jannick entend se mettre à l'œuvre pour dénicher des commanditaires qui épouseront sa noble cause. Une activité bénéfice pourrait être organisée et le clou de levée de fonds serait le marathon en mai.

Pour l'événement comme tel, Jannick a tenu à spécifier qu'elle ne veut pas mettre sur pied une organisation de la taille de celle de l'Astragale.

"Il ne sera pas nécessaire d'avoir une surveillance policière et la présence de signaleurs. Je tiens à ce que l'activité soit simple et il suffirait de trouver quelqu'un, possiblement un commanditaire, qui validerait mon parcours de 42,2 km dans un véhicule" a-t-elle expliqué.

Une coureuse du club L'Astragale pourrait accompagner Jannick à son premier marathon. Jannick, qui a adopté la course à pied il y a deux ans, poursuit son entraînement en salle dans les rues. Elle prendra la route de façon intensive à raison d'une trentaine de kilomètres par semaine dès que les froids sibériens nous auront abandonné en février.

Mère au foyer auprès de ses deux fils, Nicolas, 5 ans, et Raphaël, 2 ans, Jannick Brassard veut courir le marathon le plus tôt possible. Thérapeute en réadaptation physique, elle désire concrétiser son projet avant de reprendre ses activités professionnelles. Jannick espère démarrer sous peu son entreprise de consultation en réadaptation et ergonomie.