Divertissement

Pierre Trépanier rend hommage à Cat Stevens 0

Par David Penven

Toutes vos nouvelles locales

Il y a des chanteurs qui réussissent à traverser le temps sans embâcle. Que rien ne semble altérer! On prend toujours plaisir à les réécouter. Les paroles et les lignes mélodiques de leurs compositions continuent à nous remuer. Pas uniquement en raison des souvenirs qui s'y rattachent, mais parce que l'œuvre est tout simplement belle, simple et unique. Cat Stevens fait partie de ces chanteurs-là.

"Si je me rappelle bien, la première chanson anglophone que j'ai apprise par cœur, alors que j'avais 13 ans, c'était Father and Son. Le professeur de notre cours d'anglais, un homme à l'esprit très ouvert, a eu la brillante idée de nous faire écouter des chansons aux textes simples et humanistes. C'était ma première année du secondaire. Father and Son fut également une des premières chansons que j'ai apprises à la guitare. Depuis, elle n'a jamais quitté mon répertoire", se remémore le chanteur grandbasilois Pierre Trépanier, en entamant un court extrait a capella de Father and Son. Un extrait qui étonne, Trépanier ayant le même timbre de voix que Stevens, les mêmes intonations.

"Je ne le fais pas exprès. C'est ma voix naturelle", assure-t-il.

L'auteur de ces lignes lui avait consacré un article, ainsi qu'à sa douce moitié Katrina Corbeil, à l'occasion de la sortie de leur CD Les amoureux du Vieux Port, il y a quelques années. Un répertoire de chansons québécoises et de quelques compositions de Trépanier.

Si l'artiste qui, depuis 25 ans, chante et joue de la guitare est venu rencontrer le Journal, c'est pour parler de son nouveau spectacle intitulé "Les années Cat Stevens", qui sera présenté le vendredi 3 février, à la salle Eulalie-Durocher (pavillon Durocher) de Saint-Lambert.

"Il y a plus de 20 ans que j'interprète quelques-uns des succès de cet immense artiste. Que ce soit Wild World, Moon Shadow ou Morning as broken. Ce qui est étonnant, c'est que les chansons de Cat Stevens semblent plaire à un public très varié. En exerçant mon métier de chansonnier-animateur, j'ai toujours eu l'occasion de me produire devant un public de tout âge et je peux vous affirmer que les chansons de Cat Stevens sont toujours très appréciées. Il y a un intérêt manifeste pour l'œuvre de l'artiste", souligne Pierre Trépanier.

Avec ses copains Martin Lessard, un ami d'enfance, et Alain Couture, Trépanier propose un spectacle acoustique qui survolera, sur un peu plus d'une décennie, les œuvres de Stevens, de l'album Tea for the tillerman, paru en 1970, jusqu'à celui intitulé Footsteps in the dark, paru en 1984.

La mise en scène de ce spectacle se veut sobre. Le décor, inspiré des années 70, donne l'impression que les musiciens vous invitent dans leur salon pour un spectacle intimiste.

Si Pierre Trépanier a procédé aux arrangements musicaux, il n'a pas voulu revisiter l'œuvre de son idole. Le public ne sera pas, par conséquent, dérouté. Il reconnaîtra, aux premières mesures, les succès de Cat Stevens, qui se fait appeler maintenant Yusuf Islam, après avoir mis fin à sa carrière en 1977 pour étudier la religion musulmane et s'y convertir. Né à Londres le 21 juillet 1948, ayant atteint presque la soixantaine, Stevens a vendu entre 40 et 50 millions de disques!

Le coût des billets pour assister au spectacle "Les années Cat Stevens" est de 25$ et de 15$ pour les étudiants. On doit se les procurer en communiquant avec Johanne Tremblay au 465-7213. La salle Eulalie-Durocher est située au 853, rue Riverside, à Saint-Lambert. Le spectacle débute à 20h.