Actualités Environnement

L'université McGill fait des recherches

Des crustacés de la mer Noire dans le lac Saint-Louis inquiètent 0

Joanie Lebrun

Toutes vos nouvelles locales

Peut-être avez-vous remarqué une camionnette de l'université McGill sur les bords du Lac Saint-Louis ces derniers temps. Åsa Kestrup, doctorante en biologie, fait des recherches le long de la rive à Châteauguay et Léry. Elle y a découvert des crustacés venant de la mer Noire et attaquant les espèces établies ici depuis des milliers d'années.

Åsa Kestrup, affublée d'une tuque, de mitaines, et de longues bottes en caoutchouc, se promenait dans l'eau peu profonde le long de la berge du Lac Saint-Louis avec un fin filet les 17-18 mai dernier. Elle était à la recherche d'un Echinogammarus ischnus, un crustacé de la Mer Noire qui, le long de la rive sud, attaque l'espèce indigène similaire.

Ces crustacés ressemblent beaucoup à des crevettes sauf que leur corps et leur queue ressemble à la queue de la crevette et mesurent environ un centimètre. Ces crustacés se différencient des crustacés indigènes par ses antennes rouges.

Kestrup a découvert plusieurs spécimens de cette espèce ainsi que quelques spécimens indigènes. Ses recherches visent à découvrir pourquoi l'espèce de la Mer Noire se reproduit particulièrement bien dans la région de Châteauguay et Léry.

L'espèce de la Mer Noire est très agressive de ce côté du fleuve et attaque les femelles de l'espèce indigène. Cela cause des changements écologiques qui à long terme pourraient être nocifs. Echinogammarus peut attaquer de petits animaux marins qui sont nécessaires à la survie de jeunes poissons.

Selon Åsa, l'eau du Lac Saint-Louis près de Châteauguay et Léry est favorable à la prolifération de crustacés venant d'Europe. « L'eau de ce côté du lac Saint-Louis contient beaucoup de calcium », dit-elle. « Cela aide au développement du crustacé. »

Les crustacés de la mer Noire arrivent dans nos rivières après avoir fait un voyage à bord de navires de cargaison. Ces navires remplissent leurs ballasts d'eau avant de traverser l'océan, et malgré le fait qu'ils changent l'eau en plein océan, certains crustacés y restent et se retrouvent dans nos rivières lorsque les ballasts sont à nouveau vidés.

Nouvelle espèce découverte

Ce n'est pas la première fois qu'Åsa Kestrup et l'université McGill font une découverte dans ces eaux.

Une espèce de crevettes y a été découverte pour la première fois au cœur du Saint-Laurent en août dernier. L'Hemimysis anomala a été découvert à Châteauguay Ouest. Cette espèce a, elle aussi, été transportée par des navires transatlantiques.

Comme il n'y a pas d'espèce similaire dans la région, les chercheurs ne peuvent pas vraiment évaluer l'effet que cette crevette a sur la faune marine. Tout ce qu'ils savent c'est que cela signifie qu'il y a un autre minuscule prédateur dans nos eaux.