Actualités Communautaire

L'ancien couvent de Saint-Césaire est à vendre 0

Par Julie Quévillon-Mantha

La coopérative académique du Québec a mis en vente l'ancien couvent de Saint-Césaire. (Photo: JQM)

La coopérative académique du Québec a mis en vente l'ancien couvent de Saint-Césaire. (Photo: JQM)

Toutes vos nouvelles locales

Les membres de la Coopérative académique du Québec (CoopAQ) de Saint-Césaire explorent la possibilité de mettre en vente l'ancien couvent. Une affiche discrète a été apposée devant le couvent. L'affiche à vendre ne signifie aucunement la fin de la coopérative. Pour être préservé, le bâtiment nécessite de nombreux investissements que la coopérative et ses membres ne sont pas en mesure d'assumer malgré les nombreuses levées de fonds.

«En mai, les membres ont accepté un plan de redressement de la CoopAQ, mais ça ne fonctionne pas comme on le souhaite. Avant d'être au pied du mur, nous avons décidé de mettre des actions en place. La vente d'un bâtiment comme celui-là peut demander plusieurs mois. Ce ne sera pas une liquidation, mais une simple vente de bâtiment. La coopérative peut se reloger et continuer à offrir des services», indique Martin Tessier, président de la CoopAQ.

L'ancien couvent a besoin de nombreux travaux pour être remis aux normes. M. Tessier rappelle que le bâtiment a été construit en trois parties depuis 1857 et que le code du bâtiment a changé depuis. Et pour s'assurer de le préserver, il serait nécessaire d'y assurer le chauffage en tout temps. «Pour aller plus loin, la coopérative aurait besoin de plus d'appuis. La ville a donné un appui moral, ce qui est très bien, mais qui ne règle pas tout. La CoopAQ va probablement devenir un sujet de discussion pendant la campagne électorale», croit le président.

Pour le moment, la CoopAQ va recevoir les offres et analyser les projets proposés. «C'est important d'avoir un projet structurant qui va apporter des retombées dans la ville», précise M. Tessier. Ce sera aux membres en assemblée de confirmer la vente du couvent.

Un peu d'histoire

La coopérative a vu le jour en juin 2003 grâce à six jeunes de Saint-Césaire. En février 2004, les Sœurs de la Présentation de Marie ont cédé leur couvent à la coopérative, les membres en sont donc entièrement propriétaires. Toutefois, la coopérative devait préserver le patrimoine, permettre à une sœur de siéger comme observatrice au conseil d'administration et poursuivre la mission éducative. Selon M. Tessier, cette dernière clause a été levée dernièrement, mais la coopérative a toujours respecté ces critères. La coopérative est dirigée entièrement par ses membres et ses bénévoles. Aujourd'hui, plus de 120 personnes en sont membres.

Lors de son ouverture, la coopérative a mis en place un petit café. Un des membres l'a ensuite repris pour faire le Notre-Dame café qui propose encore aujourd'hui des menus santé à bons prix.

Au fil des ans, la CoopAQ est aussi devenue une Maison de la culture fortement soutenue par la communauté. Plus d'une cinquantaine de manifestations culturelles en tout genre, expositions, spectacles et autres ont eu lieu entre ses murs.

En juin 2009, plus de 25 locateurs avaient leurs locaux à la CoopAQ, permettant ainsi de créer une cinquantaine d'emplois dans la municipalité. La location ponctuelle de locaux pour des mariages, réceptions ou réunions apporte aussi quelques revenus à la coopérative.

La chapelle du couvent, qui a été désacralisée, a reçu la visite de plusieurs tournages d'importance dont le film Aurore, les émissions québécoises L'héritière de Grande Ourse et Laura Cadieux ou le film américain Les Chroniques de Spiderwick et la télésérie américaine Dead Zone.

La coopérative a demandé à un historien de l'art d'évaluer la chapelle. «Elle a une valeur historique inestimable. L'historien de l'art estime qu'elle vaut à elle seule environ 2 millions de dollars», ajoute M. Tessier.

À la coopérative, on souhaite que le bâtiment soit protégé après la vente. «C'est important pour la ville. Le couvent fait partie de son paysage depuis plus de 150 ans. Il représente l'effort de plusieurs personnes au fil des ans», conclut M. Tessier.