Sports Autres sports

Mélodie Daoust rêve aux Jeux Olympiques 0

Par Denis Bourbonnais

Toutes vos nouvelles locales

Dans le troisième d'une série de quatre articles portant sur des espoirs de la région, LE JOURNAL publie cette semaine le portrait de Mélodie Daoust qui fait partie de l'élite québécoise au hockey féminin. L'athlète native de Saint-Timothée a récemment décroché une bourse de 1 000 $ octroyée par le Canadien de Montréal dans le cadre du programme d'attribution de la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec.

D'entrée de jeu, écrire que Mélodie Daoust possède un grand talent est un euphémisme. Il suffit de jeter un coup d'œil sur les statistiques individuelles de la Ligue Collégial AA de hockey féminin pour constater à quel point la Campivallensienne de 18 ans regorge de munitions offensives.

Depuis le début de la saison 2009-2010, Mélodie affiche un dossier de 14 buts et 16 passes pour 30 points en. 7 matchs. Même si elle a été inactive pendant plus de deux mois en raison d'une fracture à un poignet et une blessure au genou, l'attaquante des Lynx du Cégep Edouard-Montpetit domine la liste des compteuses du circuit collégial. Celle qui occupe le 2e rang au classement des marqueuses, sa coéquipière Katia Clément Heydra, totalise 25 points (13-12) en ayant disputé deux fois plus de parties (15).

Le parcours de Mélodie Daoust en tant que hockeyeuse est fort impressionnant. Après avoir gravi les échelons avec les garçons au hockey mineur dans les catégories double lettre et au niveau midget espoir, elle a fait sa marque dès son adhésion au programme féminin.

A sa première campagne chez les filles (2008-2009), la centre gauchère a aidé l'équipe canadienne des moins de 18 ans à obtenir la médaille d'argent au Championnat mondial U-18 en Allemagne. Puis au printemps 2009, Mélodie a conquis l'or à la Coupe Dodge alors que les Sélects du Lac Saint-Louis midget AA ont été couronnées championnes québécoises. La talentueuse athlète a d'ailleurs terminé en tête des marqueuses du tournoi présenté à l'aréna de Saint-Polycarpe.

C'est donc tout à fait réaliste pour Mélodie Daoust que de rêver à une participation aux Jeux Olympiques. «J'aimerais représenter le Canada aux Jeux de 2014 en Russie (à Sotchi). Je prends ça au jour le jour mais c'est définitivement dans mes objectifs de carrière», de signifier celle qui endossera le chandail unifolié une deuxième année de suite au prochain championnat du monde U-18, à Chicago, du 27 mars au 3 avril.

Ayant fêté son 18e anniversaire de naissance le 7 janvier, Mélodie en sera à sa dernière saison chez les moins de 18 ans. En 2010-2011, elle vise une place au sein de la formation canadienne des moins de 22 ans.

Inspirée par son frère

C'est au patinage artistique que Mélodie Daoust a fait l'essai de ses premières lames et l'expérience fut de courte durée. Observant son frère Samuel et son père Michel pratiquer notre sport national, elle a vite pris racine au hockey. Après son initiation chez les prénovices (MAHG) à l'âge de 5 ans, elle a passé trois saisons dans la catégorie novice avant de jouer subséquemment dans les équipes double lettre, toujours avec les garçons. Lors de son passage chez les pee-wee (AA) et bantam (AA), Mélodie était parmi les plus performantes de son club.

Son frère Samuel, qui a gagné le championnat de la Ligue midget AAA du Québec avec les Patriotes de Châteauguay, s'est avéré une source d'inspiration pour elle. «C'est en regardant mon frère et mon père que j'ai développé le goût de jouer au hockey. J'ai suivi de près mon frère lors de ses années avec les Patriotes», devait-elle souligner.

A court terme, Mélodie Daoust aspire à un championnat avec les Lynx du Collège Édouard-Montpetit qui ont un dossier de 13 victoires, 1 défaite et 1 verdict nul dans la Ligue Collégiale AA. Évidemment, elle aimerait mettre un point d'exclamation à la présente saison en contribuant à un triomphe de l'équipe canadienne sur les Américaines au Championnat mondial U-18.

«Nous les avons battues récemment dans une série 2 de 3. Nous avons perdu en finale contre elles l'an dernier en Allemagne et c'est notre but de leur enlever la médaille d'or cette année au championnat du monde» de souhaiter Mélodie.

La Campivallensienne espère avoir plus de chance qu'au Championnat national des moins de 18 ans où elle était membre d'Équipe Québec, en novembre, à Surrey en Colombie-Britannique. A son 3e match, Mélodie a subi une fracture au poignet qui a mis fin à la compétition pour elle.

Lors de la conférence de presse tenue au Centre Bell, le 20 janvier dernier, la porte-parole de la Fondation de l'athlète d'excellence, Annie Pelletier, a suscité des éclats de rire quand elle a lancé: «Le rêve le plus fou de Mélodie serait de jouer un jour pour le Canadien».

Si cette ambition peut paraître invraisemblable, le rêve d'arborer les couleurs canadiennes aux Jeux Olympiques est définitivement à la portée de Mélodie Daoust.