Divertissement Expositions

Elle peint sur un orignal en plein centre-ville! 0

Par Ariane Desrochers

Toutes vos nouvelles locales

Aussi farfelu que cela puisse paraître, la Julievilloise Edyth Généreux expose en ce moment deux œuvres peintes sur un orignal géant figé dans un bac à fleurs du centre-ville de Montréal.

La principale intéressée, elle-même, n'y a pas cru sur le coup, lorsque le projet Orign'Art lui a été proposé par l'Association du Quartier du Musée, un organisme à but non lucratif qui veille à dynamiser le secteur entourant le musée des Beaux-arts. «Au début, je pensais que c'était une blague parce qu'un ami m'avait déjà joué un tour semblable peu de temps avant», raconte Edyth.

Neuf orignaux faits d'acier inoxydable en deux dimensions ont été installés en 2008 aux intersections de la rue Sherbrooke, entre les rues Saint-Mathieu et Stanley.

Le chargé de projet Alexandre Lemétais explique que cette initiative s'inspire des vaches, des ours et des lions qui sont apparus par le passé dans le paysage urbain de certaines grandes villes du monde, comme Zurich et Chicago. «Ici, on trouvait que l'orignal représentait bien le Canada dans son ensemble, c'est-à-dire à la fois le côté francophone et anglophone», précise-t-il.

À Montréal, les formes ont d'abord été recouvertes de citations blanches et rouges sur fond noir, puis cinq artistes, dont Edyth Généreux, ont été invités à y peindre, l'été dernier. «On voulait mettre des œuvres d'art autour du musée!» lance M. Lemétais. L'objectif avoué des commerçants que représente l'association est aussi d'attirer plus de passants dans cette portion du centre-ville.

Edyth a été choisie pour sa jeunesse et son dynamisme, mais encore fallait-il qu'elle accepte de se prêter au jeu à titre bénévole.

En juin dernier, l'artiste peintre qui a grandi et vit toujours à Sainte-Julie a donc grimpé debout sur un bac à fleurs pour peindre. des fleurs (justement!), le thème imposé.

Impressionnée par la prestance de l'orignal, elle est parvenue à créer, en une journée, sur les deux faces de sa toile métallique. «Je me suis surpassée!» s'exclame la consultante en naturothérapie. Pour y parvenir, cette dernière a longuement médité au cours de la fin de semaine précédente. «Un ami compositeur-interprète m'avait enregistré une musique pour élever mes énergies parce que ce serait très demandant», souligne-t-elle.

Chacune des faces de l'animal a d'ailleurs été peinte en fonction d'un public précis, c'est-à-dire pour les piétons, côté trottoir et pour les automobilistes, côté rue. «Comme je devais aller chercher l'œil du conducteur, je traversais la rue pour voir où je devais placer le punch», mentionne Edyth.

Cette autodidacte a commencé à manier le pinceau en 2006 parce qu'elle désirait offrir un cadeau unique à sa sœur. Elle a procédé depuis à un changement radical de carrière qui l'a fait passer de l'univers des finances à celui de la médecine douce.

Ses œuvres orneront l'orignal pendant un an, car en principe, un autre artiste doit à son tour y coucher ses créations l'été prochain. Les plus récents tableaux d'Edyth Généreux seront exposés à la bibliothèque de Sainte-Julie en février 2011.