Actualités Environnement

Sorel-Tracy

Hydro-Québec ferme la centrale thermique 0

Par Louise Grégoire-Racicot

Toutes vos nouvelles locales

Un an presque jour pour jour après l'annonce d'Hydro-Québec qu'elle fermait la centrale thermique de Sorel-Tracy, on poursuit sa mise en veilleuse. Comme la société d'état l'avait garanti, elle ne servira pas cet hiver de centrale d'appoint pour ajouter à son offre d'électricité en période de pointe.

«La centrale a été retirée du réseau le 1er mars 2011 et est en processus de fermeture complète. Les employés sont à finaliser le tout: vidange des tuyaux, sécurisation des équipements, etc. Les travaux devraient être terminés d'ici la fin de l'année 2011» précise la porte-parole d'Hydro-Québec, Marie-Élaine Deveault.

Plus de la moitié des 82 employés ont été relocalisés dans différentes installations d'Hydro-Québec. Les autres employés travaillent toujours à la fermeture de la centrale.

La centrale n'est donc plus disponible sur le réseau d'Hydro-Québec et la société compte sur les nouvelles centrales de Eastmain et Sarcelle pour s'alimenter en énergie.

La société dispose de trois autres centrales pour faire face à la pointe hivernale, soit la Citière et Cadillac, dans la région de Montréal, et Bécancour, qui fonctionnent au mazout léger.

Rencontre au sommet

Une semaine plus tard, les autorités municipales demandaient au ministère de l'Environnement de vérifier si la centrale respectait les normes environnementales.

Les élus municipaux avaient alors rencontré le président d'Hydro-Québec à l'époque, André Caillé, réunion au cours de laquelle il a annoncé que la centrale thermique ne fonctionnerait plus à partir du 31 mai, sauf en périodes de grands froids.

Ce qui fut fait. M. Caillé avait alors affirmé son intention d'installer de nouvelles technologies afin de diminuer les niveaux de pollution et de bruit et d'utiliser du mazout moins polluant.

Mais l'annonce de la fermeture définitive en novembre 2010 a amené la région à réclamer compensation. Hydro-Québec devait contribuer à créer autant d'emplois que ceux perdus, avait réclamé le député péquiste Sylvain Simard.

Nettoyer le site et créer un fonds pour aider à la diversification de l'économie régionale, avait-il suggéré au président Thierry Vandal. Le Centre local de développement (CLD) avait souhaité qu'Hydro considère que la biomasse devienne un combustible utilisée par la centrale.