Actualités Faits divers et judiciaire

Les casseroles à Chambly

Les policiers interpellent un jeune manifestant 0

Par Jacques St-Onge

Un jeune manifestant, identifié par un policier comme l'organisateur de la manifestation des casseroles à Chambly samedi soir, a été interpellé par les policiers.

Photo: Royal Adam

Un jeune manifestant, identifié par un policier comme l'organisateur de la manifestation des casseroles à Chambly samedi soir, a été interpellé par les policiers.

Toutes vos nouvelles locales

CHAMBLY - 

Identifié par un policier comme l’organisateur de la manifestation «Chambly en casseroles» de samedi soir, un jeune manifestant de Chambly a été interpellé par les policiers sur le site du Fort Chambly alors qu’il s’adressait à plus d’une centaine de participants.

Sans qu’il soit arrêté comme tel, ni conduit au poste, les policiers lui ont lu ses droits et signifié qu’en vertu de la Loi 78 édictée par le gouvernement du Québec, un rapport serait produit sur son cas et éventuellement soumis au procureur des causes civiles et pénales qui décidera si des plaintes seront portées contre lui ou non.

Dans un entretien avec le Journal, le capitaine Yannick Parent, de la Régie de police, a confirmé qu’il y avait bien eu interpellation. «Nos policiers qui encadraient la manifestation n’ont pas procédé au pif pour identifier l’organisateur de la manifestation. Qui donne les consignes? Qui parle et qui dirige le groupe? La personne interpellée était clairement impliquée dans la manifestation», indique l’officier de police.

La manifestation s’est déroulée dans l’ordre et sans incident particulier, hormis l’interpellation de samedi soir. «Les gens ont le droit de manifester. Les policiers sont là pour maintenir la paix et encadrer les manifestations pour que ça se passe de façon sécuritaire. La loi 78 fait en sorte que nous soyons avisés 8 heures à l’avance de la tenue d’une manifestation. Il nous faut aussi les noms des organisateurs et le parcours de la marche autrement elle est illégale», ajoute le policier.

Sur le site Facebook créé pour lancer le mouvement des casseroles à Chambly, le jeune reconnait avoir marché à la tête du peloton les deux soirs (vendredi et samedi).  «Une belle manif mais je me suis fait identifier comme l’organisateur de l’événement (ce qui est loin d’être le cas) Je me suis fait arrêter, alors je ne viendrai plus au manif, mais je veux que vous continuer (sic) à vous battre, j’ai rencontré du beau monde, je suis fier de ma ville, mais pour l’instant je peux plus continuer», écrit-il notamment sur le réseau social.

C’est à la fin de la manifestation, alors que le jeune homme remerciait la foule de participants en leur donnant rendez-vous pour dimanche soir et en invitant les manifestants à s’y présenter nombreux qu’il a été interpellé par le policier. Selon des témoins, le jeune homme serait mineur et étudiant au secondaire et ne serait pas plus organisateur de l'événement que d'autres. "Il a simplement pris l'initiative de remercier les gens et de les inviter à reveni"r, nous a dit ce témoin.

Le mouvement spontané des citoyens tapant sur des casseroles pour exprimer leur mécontentement des politiques du premier ministre Jean Charest et de son gouvernement gagne une à une les villes et municipalités du territoire couvert par la Régie de police Richelieu Saint-Laurent. Les villes de Mont St-Hilaire, Beloeil, Saint-Basile-le-Grand et Chambly ont tenu de telles manifestations mais il n’y a eu qu’une seule interpellation de la part des policiers et c’est à Chambly qu’elle s’est produite, confirme le policier.

Témoignages

Deux témoins ont confié au Journal de Chambly que tout au long du trajet, un policier à l’allure agressive accostait les gens pour leur demander s’ils étaient les organisateurs, leur disant que c’était illégal et qu’il pourraient être mis sous enquête. Personne n’a toutefois signalé de violence ni de bousculade.

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.