Actualités Environnement

L’art urbain au centre de la lutte contre les graffitis 0

Par Paul-André Gilbert

Les artistes de la murale en compagnie de David Miljour, de la Maison de jeunes La Porte Ouverte, et le graffiteur émérite Monk.e, à l’avant.

(Photo : Robert Côté)

Les artistes de la murale en compagnie de David Miljour, de la Maison de jeunes La Porte Ouverte, et le graffiteur émérite Monk.e, à l’avant.

Toutes vos nouvelles locales

Au lieu d’augmenter encore plus la répression, la Ville de Longueuil a choisi d’encadrer la créativité des jeunes en plaçant l’art urbain au centre de sa lutte contre les graffitis. La ville de McMasterville, depuis 2010, utilise la même stratégie, grâce à son mur d’expression où les graffiteurs peuvent s’en donner à cœur joie!

Depuis bientôt deux ans, la municipalité de McMasterville, en collaboration avec les élèves de sixième année de l’école La Farandole, se sont mis en «recherche-action» pour agir en faveur de l’environnement. C’est ainsi que le mur d’expression a été érigé au parc Denis Beauregard. Longueuil, avec un projet différent, suis le même mouvement. Le 6 juin, la Ville a présenté les grandes lignes de son plan d’action contre les graffitis au parc J-W Gendron de l’arr. de Saint-Hubert, où une fresque peinte par des jeunes a été inaugurée.

La murale intitulée Au-delà des apparences, réalisée sur un mur du chalet du parc, est le type de projet que la Ville veut encourager. Les graffiteurs et les tagueurs ne s’attaquent pas à ces murales. De plus, elles permettent d’encourager la créativité des jeunes.

Par exemple, les jeunes qui ont accompli la murale étaient encadrés par deux jeunes graffiteurs émérites : Monk.e et Axe.

«C’est une initiative qui mérite grandement d’être soulignée, car ce type de projet artistique invite les jeunes à laisser libre cours à leur talent et à leur créativité en toute légalité», a déclaré la présidente du comité permanent de lutte aux graffitis de Longueuil, la conseillère Monique Bastien.

Trois axes

Le plan de lutte aux graffitis mis de l’avant par la Ville s’articulera autour de trois axes.La Ville se penchera tout d’abord sur la prévention et la sensibilisation, en transmettant l’information pertinente au public.On s’occupera également de la réduction des occasions. Ainsi, deux autres murales seront complétées et trois murs d’expressions légales seront disponibles pendant la période estivale.

Enfin, la Ville verra à l’application du règlement sur les nuisances. En vertu de ce règlement, les policiers peuvent donner des constats d’infraction. De plus, la ligne Info-graffitis a été restructurée afin de faciliter le travail des policiers.

«Le succès repose sur la participation de tous les citoyens», a souligné Mme Bastien.

Inspirer Brossard

Le plan d’action de Longueuil pourrait inspirer d’autres municipalités qui sont aux prises avec le fléau des graffitis sur leur territoire.

Le conseiller Alexandre Plante, responsable du dossier à la Ville de Brossard, était sur les lieux pour prendre des notes. «C’est très inspirant pour la suite des choses à Brossard!», a-t-il lancé.

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.