Actualités

Loi sur l’affichage en français

Le Mouvement Montérégie français dépose 1000 plaintes 0

Par Marie-Philippe Gagnon-Hamelin

Ce sont surtout les franchisés et les grandes entreprises qui ne respectent pas la loi sur l’affichage en français selon le Mouvement Montérégie français.

YannCanno.com

Ce sont surtout les franchisés et les grandes entreprises qui ne respectent pas la loi sur l’affichage en français selon le Mouvement Montérégie français.

Toutes vos nouvelles locales

Le Mouvement Montérégie français a relevé 1000 infractions concernant l’affichage en français en juillet et en août dans différents secteurs de la Montérégie. Autant de plaintes ont ainsi été déposées à l’Office québécois de la langue française mercredi dernier. Pour la région de Belœil, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Sainte-Julie et McMasterville, la dizaine de bénévoles a relevé 54 infractions, notamment dans les centres commerciaux et les parcs industriels.

«On constate que plus un secteur se développe, plus l’anglicisation avance. Ce ne sont généralement pas les petits commerçants qui contreviennent à la loi 101 sur l’affichage, mais bien les grands franchisés et les grandes entreprises. L’Office québécois de la langue française n’a peut-être pas les moyens d’appliquer ses politiques, a dit Luce Cloutier, présidente du Mouvement Montérégie français.»

«C’est rendu normal dans notre environnement de voir des noms de commerce comme Reitmans, Smart Set, Bentley, Payless Shoesource, qui n’ont pas de descriptif en français, a ajouté Mme Cloutier. On ne les remarque même plus. C’est pourtant le point d’entrée du problème quand on parle du respect de la langue française et l’affichage n’est que la pointe de l’iceberg.»

Mme Cloutier estime que les bénévoles ont ratissé près de 80 % du territoire de la région, et qu’ils ont été «conservateurs» dans leur travail.

Ces résultats confirment le besoin de travailler au renforcement de la loi 101 ou même au développement d’une nouvelle loi, dans le but d’en clarifier les dispositions et de restreindre les exemptions, selon le Mouvement Montérégie français.

«Et c’est une preuve de plus que l’anglicisation de Montréal s’étend aux banlieues», affirme Luce Cloutier, qui s’inquiète notamment de l’anglicisation accélérée du secteur de Brossard.

Appel au nouveau gouvernement

Le Mouvement Québec français a aussi tenu à rappeler mercredi au nouveau gouvernement du Parti québécois l’urgence qu’il y a selon lui de renforcer la loi 101.

«Le nouveau gouvernement a dit qu’il a l’intention de procéder d’ici 100 jours, a souligné Mario Beaulieu, président du Mouvement Québec français. Et (ces plaintes) sont une démonstration de plus qu’il est très important d’agir rapidement. On n’a rien contre l’anglais. On veut assurer l’avenir du français.» Le Mouvement dénonce notamment le laxisme de l’ancien gouvernement libéral dans ce dossier.

Avec Ève Lévesque, Agence QMI

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.