Actualités Communautaire

Saint-Basile

L’église pourrait fermer ses portes 0

Par Christian Lepage

Gilles Monette, responsable du financement à la paroisse de Saint-Basile, ne perd pas espoir.

Photo: Christian Lepage

Gilles Monette, responsable du financement à la paroisse de Saint-Basile, ne perd pas espoir.

Toutes vos nouvelles locales

L’église de Saint-Basile-le-Grand est en danger. Année après année, il devient de plus en plus difficile de rassembler les 275 000$ nécessaires pour payer les dépenses annuelles. Et l’église tombe littéralement en ruine.

«Il manque toujours plus ou moins 50 000$ chaque année», affirme Gilles Monette, le responsable du financement. «On doit puiser dans nos placements. À ce rythme, on ne tiendra pas plus de 4 ou 5 ans. Pour le moment, nous vivons sur le legs fait par un citoyen il y a quelques années.»

En ruine

Celui qui est responsable de la campagne de financement de l’église depuis 6 ans compte beaucoup sur le soutien de la population.

«On ne pourrait pas passer à travers si on n’avait pas de campagnes de financement.» Il espère que l’objectif de financement de 170 000$ sera atteint d’ici la fin du mois. Il manque encore environ 40 000$ pour y arriver.

Cet argent ne pourra payer que les opérations courantes. Il ne restera rien pour les réparations. L’église de Saint-Basile, construite il y a 142 ans, tombe en ruine. «On a des travaux urgents pour 100 000$. Les fenêtres sont toutes à remplacer», dit M. Monette.

Appel à la population

Le curé de la paroisse, Jean-Claude Boudreau, est inquiet. «Il va falloir trouver l’argent pour la sauver.» Il rappelle que le problème est répandu dans tout le diocèse de Saint-Jean Longueuil. «La moitié des églises sont en difficulté et Saint-Basile ne fait pas exception.»

L’église de Saint-Basile n’est plus admissible aux subventions gouvernementales pour la préservation du patrimoine. «En enlevant des objets d’origine comme les bancs, il y a plusieurs années, l’église a été déclassée», explique le curé Boudreau.

Mais Gilles Monette n’entend pas baisser les bras. Il croit que les citoyens, même non pratiquants, vont continuer à donner pour leur église.

«On n’a pas plus de 250 fidèles qui viennent à l’église chaque semaine et plus de 1100 donateurs. C’est donc dire que la population veut garder son église en vie.»

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.