Actualités Politique

Accusé à la suite de l’enquête de l’UPAC

Le maire de Saint-Rémi démissionne de son poste de préfet de la MRC 0

Par David Penven

Le maire de Saint-Rémi, Michel Lavoie, a remis sa démission à titre de préfet de la MRC Jardins-de-Napierville.

(Photo d’archives - David Penven)

Le maire de Saint-Rémi, Michel Lavoie, a remis sa démission à titre de préfet de la MRC Jardins-de-Napierville.

Toutes vos nouvelles locales

SAINT-RÉMI - 

Les élus de la MRC Jardins-de-Napierville n’auront pas eu à décider du sort de leur préfet Michel Lavoie, qui doit répondre à des accusations de fraude, complot et abus de confiance à la suite de l’enquête de l'Unité permanente anticorruption (UPAC). Le maire de Saint-Rémi a décidé de démissionner le temps des procédures.

«Il a remis une lettre à cet effet qui a été déposée hier, le 9 janvier, lors de la séance publique», a déclaré la directrice générale et secrétaire-trésorière de la MRC, Nicole Inkel.

Questionnée sur le contenu de la lettre et à quel moment celle-ci a été acheminée à la MRC, sa dirigeante n’a pas voulu transmettre les informations à ce sujet, se bornant à dire que ces renseignements étaient confidentiels.

Les élus des 11 municipalités qui forment la MRC ont procédé à l’élection d’un nouveau préfet. C’est le maire du canton de Hemmingford, Paul Viau qui a été désigné par ses pairs. À noter que le principal intéressé, Michel Lavoie, était absent, celui-ci étant en vacances.

Son départ soulage les élus puisque ces derniers étaient divisés sur la question. Selon les propos de la mairesse de Saint-Jacques-le-Mineur, Lise Trottier publiés dans une édition antérieure du Journal, cette dernière souhaitait que Michel Lavoie se retire.

«Si M. Lavoie, à la suite de son procès, est déclaré non-coupable, je vais être la première à lui serrer la main et à lui dire qu’il peut revenir parmi nous. Certains élus semblent minimiser cette situation en affirmant que M. Lavoie n’a pas été accusé. Ce qui est faux. Il a été accusé et devra se défendre en procès», avait-t-elle alors déclaré.

Rappelons que le 20 décembre dernier, le maire de Saint-Rémi s’était présenté à une réunion à huis clos des élus de la MRC accompagné de son avocat. Une démarche qui avait heurté certains de ses collègues.

Accusations

Le maire Lavoie a été arrêté à la suite d’une perquisition menée par l’escouade Marteau à l’été 2010 à sa résidence et à l’hôtel de Ville. Il a été appréhendé aux côtés de son fils, Sébastien Lavoie et de l’entrepreneur Dominic Dorais.

L'enquête effectuée par le Service des enquêtes sur la corruption (SQ) de l'UPAC tend à démontrer que Michel Lavoie utilisait le pouvoir que lui confère son statut de maire afin de s'assurer que des projets soient développés et construits par ses proches et partenaires d'affaires. Le maire aurait notamment modifié des règlements de zonage, manipulé des appels d'offres et contourné des règles d'attribution de contrat.

L’UPAC a également déposé des accusations criminelles contre l'entreprise Construction Dominic Dorais. Au total, ce sont 17 chefs d'accusations auxquels les accusés devront faire face.

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.