Actualités Éducation

L’école de la Roselière perd son statut particulier 0

Par Carole Pronovost

Toutes vos nouvelles locales

Les parents d’enfants de l’école de la Roselière sont en état de choc. La Commission scolaire des Patriotes (CSP) a décidé sur un vote divisé du conseil des commissaires de ne pas renouveler le permis de cette école de Chambly à vocation particulière basée sur la pédagogie Waldorf. Un commissaire non  identifié a voté contre et la commissaire Lucie Legault a dû se retirer parce qu’elle faisait partie des parents fondateurs de l’école de la Roselière.

L’année en cours sera donc la dernière de la petite école à pégagogie Waldorf de Chambly sous son statut particulier; pour l’année 2013-2014, l’école devra dispenser un enseignement régulier. De plus, la commission scolaire compte entreprendre d’ici le 31 mars une démarche de consultation en lien avec le projet de fermeture de l’école le 30 juin 2014. L’école accueille environ 150 écoliers, de la maternelle à la 6e année; les maternelle sont cependant logées à l’intérieur de l’école de la Passerelle, située à un coin de rue.

Les parents ont été informés le 24 janvier par une lettre dans le sac des enfants. Ils étaient invités à une soirée d’information qui a eu lieu mercredi soir à l’École secondaire de Chambly. Ils y sont venus nombreux pour entendre les explications de la commission scolaire. L’émotion et l’incompréhension était palpable. (Voir autre texte)

D’entrée de jeu, la présidente de la Commission scolaire des Patriotes, Hélène Roberge, a indiqué que la décision du conseil des commissaires était irrévocable et que la soirée en était une d’information et non de consultation. Elle a toutefois laissé beaucoup de temps aux parents pour s’exprimer à l’issue de la période d’information.

Une étude menée par une consultante externe

Le principal argument de la commission scolaire, qu’on peut lire dans un communiqué mis sur le site internet de la CSP, est qu’après examen de l’enseignement dispensé à l’école de La Roselière, celle-ci  ne respecte pas le Régime pédagogique, la Loi sur l’Instruction publique, le Programme de formation de l’école québécoise et la progression des apprentissages.

Avant d’arriver à cette décision, la commission scolaire avait donné un mandat d’examen de la situation à une consultante externe, Mme Yolande Nantel, une directrice générale à la retraite et consultante en éducation.  

En outre, la commission scolaire estime que cette démarche faisait suite à des questionnements concernant le respect par l’école de la Roselière du cadre légal imposé par le ministère de l’Éducation. Le directeur général, Joseph Attala, ainsi que son adjoint, Patrick Mendes, ont à plusieurs reprises répété qu’il ne s’agissait pas d’un jugement sur la valeur du personnel ni de la pédagogie Waldorf.

À une question d’un parent, ils ont d’ailleurs répondu que la performance des élèves ayant fréquenté l’école primaire de la Roselière lorsqu’ils atteignent le secondaire, le cegep et l’université, pour les plus anciennes cohortes, n’a pas été considéré. Cette affirmation a vivement choqué les parents.

Un autre parent a fait valoir que le propre d’une école à vocation particulière est justement d’être différente et qu’elle ne peut être jugée uniquement sur un cadre juridique. Ce à quoi M. Mendes a répondu que le programme du ministère devait être enseigné et que la pédagogie Waldorf devait être un enrichissement et non l’inverse.

Les parents ont reçu de l’information quant à l’inscription  de leurs enfants pour la prochaine année scolaire, dans un contexte d’école régulière et non à pédagogie Waldorf.


Fermeture de l’école le 30 juin 2014

La rencontre a également servi à informer les parents de l’intention de la commission scolaire d’entreprendre au printemps une démarche de consultation en vue de la fermeture de l’école le 30 juin 2014.

Comme l’école de la Roselière est une école ouverte à l’ensemble des enfants de la commission scolaire, tous ceux qui y sont inscrits pourront y demeurer pour 2013-2014 si tel est le vœu des parents. Ils pourront toutefois choisir de retourner dans leur école de secteur immédiatement, ou attendre l’année scolaire 2014-2015 pour prendre cette décision.

Actuellement, environ 70 % des élèves habitent Chambly et Carignan, les autres sont issus d’autres villes de la commission scolaire.

Rappelons que la commission scolaire a présenté une demande au ministère de l’Éducation pour la construction d’une école à Chambly. Toutefois, les parents ont été assurés que les écoles ont suffisamment de place pour recevoir leur enfant pour les deux ou trois prochaines années.

 

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.